Comment fonctionnent les futures ?

26
Partager :

Comme beaucoup d’investisseurs, vous êtes curieux et vous êtes probablement à la recherche de nouvelles méthodes d’investissement pour augmenter votre capital. Si vous êtes venu à cet article, c’est parce que vous cherchez des informations sur le fonctionnement des Futures et c’est ce que je vais essayer de partager avec vous.

A lire également : Qu'est-ce qu'un marché au sens economique ?

terme et à terme : deux contrats à distinguer

Avant de commencer, vous devez comprendre que les contrats à terme et à terme sont des contrats futurs. Ils permettent aux acheteurs et aux vendeurs d’échanger, à un moment fixe et pour un certain prix, physique ou non.

En

A lire en complément : Capitalisation Online : le choix d'une plateforme boursière numérique

revanche, ce qui les distingue, c’est que Forward mettra l’accent sur une transaction de gré à gré entre deux parties qui se connaissent et qui visent à se protéger contre un risque, tandis que le contrat à terme se concentrera sur une transaction sur un marché réglementé où les acteurs ne se connaissent pas et dont le but est de spéculer à la hausse ou à la baisse sur le prix d’un sous-jacent.

Pour vous rendre plus clair sur les Forwards.Imaginons qu’un agriculteur qui produit du maïs sait qu’il aura une certaine quantité de sa production à vendre dans 5 mois. À l’heure actuelle, le prix d’une tonne de blé est fixé à 160 euros. Cependant, vous ne savez toujours pas combien sera le prix du maïs à ce moment-là parce que les prix fluctuent constamment en raison de la loi de l’offre et de la demande. Le prix du maïs peut très bien changer à la hausse et avoir un prix de 200€ la tonneou à la baisse et pourquoi pas un prix de seulement 130€ la tonne.

Notre agriculteur qui est chef d’entreprise a des frais à régler (emprunté pour ses outils agricoles, achat de semences, salaires de ses employés et de vous-même… etc.). Par conséquent, il doit avoir une certaine visibilité sur ses prochaines recettes.

Afin de garantir l’avenir de votre ferme et avoir assez d’argent pour faire une prochaine récolte, celui-ci négociera le prix d’une partie de sa production avec un acheteur (une usine qui a besoin de maïs pour faire des gâteaux qu’elle vendra dans de grandes surfaces) et qui s’appliquera lors de la livraison en 5 mois .

L’agriculteur et l’usine ont donc des intérêts divergents. L’agriculteur, à son tour, cherche à se couvrir d’une baisse des prix du maïs dans les mois à venir, lorsque l’acheteur, quant à lui, veut se couvrir d’une augmentation de prix qui réduirait la rentabilité de l’entreprise .

Qu’ est-ce qu’un contrat à terme ?

Comme nous venons de le voir, les forwards sont utilisés pour couvrir le risque associé à la modification du prix d’un produit au fil du temps. En ce qui concerne les contratsà terme, ils serviront principalement à spéculer sur l’évolution des prix, à la hausse et à la baisse. Cette fois-ci, les échanges ne sont plus effectués par accord comme dans l’exemple précédent, mais par le biais d’un marché réglementé et avec un intermédiaire, la chambre de compensation, qui assurera les échanges par le biais d’un système d’appel de marge.

Date d’expiration Comme pour les

contrats à terme, les contrats à terme sont également valables. Cette date est fixée au 3 vendredi du mois écoulé. Si vous conservez votre contrat jusqu’à cette date, vous serez livré à partir du produit que vous avez acheté sur le marché. Par exemple, si vous avez pris une position d’achat sur un contrat à terme adossé au pétrole, vous serez un ou plusieurs barils à l’expiration.

Par conséquent, votre objectif est de ne pas attendre le délai, comme dans le cas d’un contrat Vers l’avant. Si vous souhaitez détenir une position, n’oubliez pas de vendre votre contrat à terme peu avant la date d’expiration et de racheter une position équivalente dans un contrat dont l’échéance est plus éloignée. De cette façon, vous pouvez continuer à spéculer sur un actif sans matérialiser le produit à maturité.

Heures de cotation Contrairement aux

actions cotées à la Bourse de Paris de 9h à 17h35, où les CFD qui évoluent parfois 24 heures selon les courtiers… bénéficient d’horaires spéciaux. En effet, la séance de la journée a lieu entre 20h00 et 18h15 , suivie de la séance de nuit entre 18h15 et 22h . Cette différence de rendez-vous entre les deux périodes est due au fait que le montant du dépôt de garantie (la marge, en d’autres termes) demandé par le courtier n’est pas identique et c’est ce que nous verrons peu après.

Dépôt de garantie et de levier

Pour ceux qui savoir comment fonctionnent les CFD, le principe Futures est assez similaire. Pour pouvoir prendre position sur l’achat ou la vente dans un contrat à terme, vous devez verser un dépôt de garantie à un intermédiaire, la chambre de compensation, qui représentera une fraction du montant total investi (généralement autour de 5 à 10 % du montant du contrat). Cette structure permet de collecter tous les achats et ventes effectués sur le marché et constitue une garantie dans le cas où une partie intéressée est obligée de manquer sa position. De même, chaque session se clôturera à 18h15 avec un règlement quotidien fictif de la position et les pertes ou gains du jour seront débités du compte ou ajoutés dans le cas d’une valeur principale. La chambre de compensation effectuera ce qu’on appelle un appel de marge, si les pertes enregistrées par l’Investisseur ne lui permettent plus d’avoir un dépôt de garantie suffisant sur son compte de négociation.

Comment négocier des contrats à terme ?

Maintenant que vous avez compris ce qu’est un Futures et à quoi il sert, nous verrons un exemple concret.

Nous prendrons l’exemple de Jean qui a un capital de 5 000€ sur son compte commercial et qui prévoit une hausse de l’indice de Paris et veut investir dans un contrat à terme CAC40 le 10 mars. La date limite des contrats à terme est avril

Il examinera d’abord le carnet de commandes et passera un bon de commande au prix de 4 000 points dans Futures CAC40 ( FCE ) pour un contrat.

Votre position sur le marché sera de 40 000€ car chaque point a une valeur de 10€. Le courtier immobilise un dépôt de garantie, dont le montant est fixé par la chambre de compensation, mais qui peut être plus élevé selon le barème tarifaire de ce dernier. Dans cet exemple, il s’agit de 3 000 euros.

Le 14 mars, 4 jours plus tard, CAC40 Futures affichait un prix de vente à 4050 points. Jean décide de fermer son poste pour retirer votre plus-value. C’est 500€ parce que (4 050 — 4.000) x 10 = 500€.

Dans la pratique, il y a un règlement de la situation à chaque session. Il serait donc nécessaire de briser chaque jour l’évolution des gains et des pertes pour voir le bilan de cette position.

Le

11 mars, le règlement montre un excédent de 300€ parce que (4030 — 4000) x 10 = 300€

Le 12 mars, le règlement présente une perte de 100€ parce que (4020 — 4030) x 10 = -100 €

Le 13 mars, le règlement montre un excédent de 150€ parce que (4035 — 4020) x 10 = 150€

Non Le 14 mars, le règlement montre une plus-value de 150€ voiture (4050 — 4035) x 10 = 150€

Le

commerce de Jean a ainsi généré une valeur ajoutée de 500€ entre l’achat et la vente du contrat FCE Futures (300 — 100 150 150 150).

Son capital a donc augmenté de 500 EUR. Maintenant, il est de 5 500€, une augmentation de 10% tandis que les contrats à terme CAC40 pendant cette période n’ont augmenté que de 1,25 %.

Dans ce scénario, Le Futures que Jean a négocié lui a donné un effet de levier important de 8 parce qu’il avait une exposition de 40 000 euros sur le marché et n’avait que 5 000€ par compte de négociation.

Soyez prudent car ce scénario aurait pu être complètement différent. En fait, si les contrats à terme CAC40 avaient diminué et que son prix de vente était finalement de 3 950 le 14 mars. Jean aurait actualisé une perte de 500€ (3 950 — 4 000) x 10 = — 500€

Conclusion

Les contrats à

Contrats à terme sont des produits à effet de levier dont l’évolution des prix est liée à celle d’un sous-jacent. Ces derniers sont cotés sur un marché réglementé (MATIF, MONEP… etc.). Les investisseurs qui négocient sur ce type de marché bénéficient donc de la surveillance de l’autorité des marchés financiers et de la protection commerciale par l’intermédiaire de la chambre de compensation de contrepartie.

Dans ce scénario, Le Futures que Jean a négocié lui a donné un effet de levier important de 8 parce qu’il avait une exposition de 40 000 euros sur le marché et n’avait que 5 000€ par compte de négociation.

Soyez prudent car ce scénario aurait pu être complètement différent. En fait, si les contrats à terme CAC40 avaient diminué et que son prix de vente était finalement de 3 950 le 14 mars. Jean aurait actualisé une perte de 500€ (3 950 — 4 000) x 10 = — 500€

les contrats à terme CAC40 pendant cette période n’ont augmenté que de 1,25 %. Conclusion

Les contrats à

terme sont des produits à effet de levier dont l’évolution des prix est liée à celle d’un sous-jacent. Ces derniers sont cotés sur un marché réglementé (MATIF, MONEP… etc.). Les investisseurs qui négocient sur ce type de marché bénéficient donc de la surveillance de l’autorité des marchés financiers et de la protection commerciale par l’intermédiaire de la chambre de compensation de contrepartie.

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons