Combien coute un intérimaire ?

118
Partager :

Depuis quelques années, les entreprises font de plus en plus recours aux travailleurs intérimaires. Cette solution permet de remplacer aisément un salarié absent ou de faire face à une hausse ponctuelle des activités. Cependant, si les avantages structurels de cette solution sont bien connus, ce n’est pas le cas du cout financier. Quel est le cout réel d’un intérimaire ? La réponse ici.

Tenez compte du salaire de l’intérimaire

Avant d’évoquer les éléments à prendre en compte dans le calcul du cout réel d’un intérimaire, il est essentiel d’expliquer le fonctionnement de ce type de contrat.

Lire également : 6 conseils pour choisir les meilleurs gants anti-chaleur

En France, la recherche de profils qualifiés est une tâche difficile. Cette difficulté est renforcée lorsqu’il s’agit d’un contrat intérimaire de moins de 18 mois. En conséquence, de nombreuses entreprises sollicitent les services d’agence d’intérim pour dénicher des profils sur mesure.

Ces dernières se chargent de recruter les travailleurs et de soumettre leurs dossiers aux entreprises qui se chargeront de choisir ceux qui leur correspondent le mieux.

A lire aussi : Réforme des retraites 2023 : forte mobilisation à Niort décryptée

Le calcul du salaire d’un intérimaire se fait sur la base du taux horaire brut et du nombre d’heures travaillées. Par exemple, le taux horaire intérim brut est de 11,52 euros. En considérant que l’intérimaire a travaillé pendant 150 heures pendant le mois, son salaire est de 1728 bruts.

Bon à savoir : Le calcul du salaire ne doit souffrir d’aucune approximation. Selon le Code du Travail français, les entreprises ont obligation de fournir aux intérimaires une rémunération similaire à celle des employés en CDI lorsqu’ils possèdent les mêmes qualifications et les mêmes postes de travail.

De même, les entreprises doivent inclure les intérimaires dans les activités extra-professionnelles. Ils peuvent donc prendre part aux activités d’Onboarding RH organisé pour accueillir les nouveaux salariés et créer une ambiance de travail propice à la performance.

Le coefficient de facturation

Pour cerner le principe de coefficient de facturation, il est essentiel de comprendre la subtilité juridique de l’intérim. Légalement, l’intérimaire est un employé de l’agence d’intérim qui est déployé dans une entreprise tiers. En conséquence, l’agence d’intérim s’occupe du versement de son salaire et de toutes les charges légales inhérentes à son contrat de travail.

Ces différentes charges sont appelées coefficient de facturation. C’est un montant librement fixé par l’agence d’intérim qui prend en compte ses honoraires, mais aussi les couts légaux qui incombent à un employeur traditionnel. Il s’agit notamment de la charge patronale, de l’indemnité de fin de mission ou encore de l’indemnité de congés payés.

Les couts annexes

En dehors du salaire et du coefficient de facturation, le calcul du cout de l’intérimaire passe également la prise en compte des frais annexes. Par exemple, le travailleur intérimaire doit disposer des mêmes avantages que les salariés en CDI. Il a donc droit aux Tickets restaurant et aux remboursements des frais de transport.

En outre, il est nécessaire de prendre en compte des paramètres non quantifiables tels que les couts liés à la gestion des formalités administratives, la gestion de la paie et la gestion du salarié (arrêt maladie, accident de travail).

Partager :