Peut-on vivre sans pancréas ?

7
Partager :

Différentes maladies peuvent toucher le pancréas. Ceci peut aller d’une pancréatite aigüe ou chronique jusqu’à une tumeur ou un cancer. Dans le pire des cas, le médecin n’aura pas vraiment le choix que d’enlever une partie ou l’intégralité du pancréas. En tant que patient, l’ablation du pancréas peut vous inquiéter. Il s’agit là d’un élément important de l’organisme. On se pose alors mille et une questions comme « peut-on vivre sans pancréas ? ». Faisons le point sur cette intervention et sa suite.

Le pancréas, c’est quoi ?

Lire également : Pourquoi choisir une cigarette électronique Vaptio ?

Dans le corps, le pancréas n’est pas un organe, mais une glande faisant partie du système digestif. C’est d’ailleurs la seconde glande la plus grande de l’organisme. Il fait près de 15 cm de long et 4 cm de large pour 2 cm d’épaisseur. On le localise dans la partie supérieure de l’abdomen, derrière l’estomac, plus précisément entre l’intestin grêle et la rate.

Quelle est sa fonction ?

Le pancréas assure deux fonctions principales dans l’organisme. C’est ce qui permet de l’appeler la glande mixte. Il assure la production de sucs gastriques pour la digestion. Ces sucs contiennent de nombreux enzymes et ils vont être déversés dans l’intestin grêle via le canal pancréatique. C’est sa fonction exocrine. D’un autre côté, c’est le pancréas qui régule la glycémie. Pour ce faire, il sécrète de l’insuline, du glucagon et de la somatostatine. C’est sa fonction endocrine.

Lire également : Quel est le meilleur moment de la journée pour prendre sa tension ?

L’ablation du pancréas

Quand on parle d’opération touchant le pancréas, on peut évoquer l’ablation de la glande. Il faut quand même comprendre que l’intervention chirurgicale à réaliser n’est pas toujours la même. Il peut s’agir de :

  • La duodéno-pancréatectomie céphalique qui consiste à enlever la tête du pancréas ainsi que d’autres éléments à proximité comme le duodénum,
  • La pancréatectomie gauche qui va toucher la queue de l’estomac et la rate,
  • La duodénopancréatectomie totale qui consiste à retirer l’intégralité du pancréas,
  • La pancréatectomie centrale pour laquelle le chirurgien va enlever un segment du pancréas.

Juste après l’opération

Il faut comprendre que l’ablation du pancréas est une intervention lourde. Elle peut durer entre quatre et six heures selon les cas, car le chirurgien peut toucher d’autres organes comme le foie, les voies biliaires, l’intestin grêle, le duodénum ou l’estomac.

A la sortie du bloc opératoire, le patient va être pris en charge pour quelques jours, voire quelques semaines, au service des soins intensifs. En effet, il ne pourra pas directement manger, même si l’opération s’est bien déroulée. Lors de l’intervention, le chirurgien aurait déjà placé une sonde dans son intestin grêle. C’est cette sonde qui va assurer son alimentation avec la perfusion dans la veine du bras. Au bout de deux ou trois jours, on peut lui retirer cette sonde.

Le patient pourra alors s’alimenter normalement. Cependant, il devra éviter les plats trop sucrés ou trop gras. Il ne pourra plus prendre de l’alcool, et ce, même un demi-verre de vin. Après cette opération, la consultation d’un nutritionniste est recommandée pour revoir son alimentation. Sur les six à huit semaines suivant l’opération, le patient ne pourra pas non plus s’adonner à des activités sportives ou à des activités physiques intenses.

La vie après une ablation du pancréas

En cas de tumeurs importantes ou de cancer, le chirurgien peut passer à une ablation totale du pancréas. On peut très bien envisager une vie après cette opération. Soyons clair : on peut très bien vivre sans pancréas, mais il faut suivre un bon traitement. Il est à rappeler d’ailleurs que, que ce soit une ablation complète ou partielle, cette glande ne pourra plus assurer optimalement ses fonctions.

Dans ce cas, il faudra envisager la prise de médicaments et l’adoption de certains traitements qui vont prendre le relais. Après une ablation totale du pancréas, le sujet peut présenter des troubles digestifs et hormonaux, ce qui est tout à fait normal. Pour remédier aux soucis du côté digestif, le patient peut prendre des gélules avec des « extraits pancréatiques ». Pour réguler la glycémie, on peut lui donner des injections d’insuline.

La chimiothérapie, une solution pour éviter l’ablation du pancréas ?

En cas de cancer du pancréas, le médecin ne va pas automatiquement procéder à l’ablation du pancréas. Certes, on peut vivre sans pancréas, mais selon le cas, il peut vous proposer la chimiothérapie. En effet, il y a des cas non-opérables. Pour cette chimiothérapie, on donne au patient des médicaments qui vont détruire les cellules cancéreuses.

La chimiothérapie n’est pas non plus une solution miracle. Elle va tout simplement contrôler la tumeur tout en atténuant les symptômes et en augmentant l’espérance de vie du patient. Si le cancer est opérable, le médecin peut encore prescrire un traitement par chimiothérapie par la suite pour assurer l’élimination des cellules cancéreuses qui auraient pu échapper à l’intervention chirurgicale.

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons