NFT : comment éviter les arnaques ?

276
Partager :

Depuis quelques mois, on entend beaucoup parler des NFT (‘Non-Fungible Token’ ou, en français, jetons non fongibles). Si le concept paraît flou pour une grande majorité de personnes, 3,5 % des Français ont déjà succombé à ses attraits. On observe d’ailleurs une croissance exceptionnelle sur le marché l’année passée : un succès retentissant, qui laisse miroiter de nombreuses opportunités pour les investisseurs. Mais le revers de la médaille est bien là : la démocratisation des NFT a entraîné avec elle une augmentation des tentatives d’escroquerie. Alors, comment se prémunir des arnaques les plus courantes quand on débute dans les NFT ? Voici quelques explications pour y voir plus clair. 

Un NFT : c’est quoi ?

Avant de comprendre quelles sont les arnaques qui peuvent être rencontrées sur le marché des NFT, il est indispensable de comprendre précisément ce que ces derniers représentent vraiment. La définition du NFT est extrêmement simple : il s’agit, tout simplement, d’un certificat de propriété numérique. Ce document atteste que telle personne est le propriétaire légitime d’un objet physique ou d’un bien virtuel. L’expression “jeton non fongible” évoque le fait que, contrairement à une cryptomonnaie (le bitcoin par exemple), un NFT est unique. Alors qu’un bitcoin équivaut à un autre bitcoin, un NFT est en revanche identifiable et atteste la propriété d’un objet bien particulier. Un NFT peut représenter un objet digital, une vidéo, un tweet ou un ticket de spectacle par exemple. S’il offre des perspectives intéressantes pour les investisseurs, le marché des NFT n’est pas encore régulé.

A lire en complément : Le divorce sans juge : ce qu’il faut savoir

Le « wash trading » : arnaque numéro 1 au NFT 

Les experts considèrent le “wash trading” comme l’arnaque la plus courante dans le monde des NFT. Cette escroquerie réside dans la création d’un NFT, dans un premier temps, puis à la création de plusieurs comptes pour acheter à soi-même un actif numérique à des tarifs de plus en plus hauts. L’objectif du fraudeur est d’initier un intérêt du marché via une fausse hausse du cours du NFT.  

Blockchain, bots et faux NFT = méfiance

Pour détecter ces arnaques, une excellente maîtrise des outils techniques est indispensable. En premier lieu, il est nécessaire de maîtriser le concept de blockchain, la technologie à l’origine de la cryptomonnaie et des NFT. C’est un registre numérique, disponible à tous, affichant l’historique des transactions réalisées autour d’un actif numérique. Elle permet, par exemple, de comparer diverses transactions en lien avec un NFT avec d’autres transactions de même type. Étant donné que des frais s’appliquent à chacun des échanges effectués, il est intéressant de voir si l’évolution du cours se base sur un petit nombre de transactions, car cet indice peut vous indiquer une éventuelle escroquerie. 

A lire aussi : Comment remplir un contrat CDI Cesu ?

Attention aussi aux pièges sur les médias sociaux. Il est possible qu’une communauté qui fait la promotion de NFT sur les réseaux sociaux soit en réalité des bots ayant pour mission de simuler un engouement. Un acheteur de NFT doit donc étudier très scrupuleusement l’historique et la réputation des amateurs de collections de NFT. Renseignez-vous via un site de NFT fiable. 

Les contrefaçons 

La troisième arnaque réside dans le fait qu’un internaute malintentionné peut enregistrer une vidéo ou une photo, dénichée sur le net, et la revendre en guise de NFT.

Partager :