La crise des gilets jaunes, que revendiquent-ils exactement ?

Le samedi 17 novembre 2018, le gouvernement français s’est confronté à la première manifestation du mouvement des gilets jaunes. Jusqu’à ce jour, diverses manifestations ont été organisées, dont celle du fameux 1er décembre. Mais, que revendiquent exactement les gilets jaunes et d’où vient ce mouvement ? La suite de cet article donne plus de détails.

Comment le mouvement est-il né ?

A lire également : Vol de batteries d’engins agricoles à Cormeilles : un seul condamné parmi les deux prévenus

Le mouvement des gilets jaunes s’est construit suite à l’annonce du prix de l’essence en janvier prochain par le gouvernement français. Il s’agit d’un mouvement spontané créé indépendamment de tout syndicat et parti politique. En effet, c’est sur internet via les réseaux sociaux et le lancement d’une pétition en ligne sur Change.org que le mouvement des gilets jaunes a vu le jour. Il faut noter que la pétition comptabilisait au matin du 17 novembre 2018, jour de la première descente dans les rues, 860 000 signatures. Ils s’opposent grosso modo à la hausse prochaine du prix de l’essence. L’appel initial fut lancé par deux chauffeurs routiers à la mi-octobre sur Facebook avec un évènement intitulé « ’Blocage national contre la hausse du carburant »’.

Quelles sont les revendications ?

Lire également : Top 5 des sports originaux à essayer cet hiver

Le mouvement des gilets jaunes est un regroupement des automobilistes à l’origine qui ont une dent contre la hausse du prix du carburant. L’une de leurs porte-paroles est Priscillia Ludosky. Elle a profité de sa rencontre avec le ministre François de Rugy, aux côtés de Eric Drouet, l’autre figure emblématique du mouvement, pour remettre au ministre, un cahier de doléances relatant les points qui font objet de revendications du mouvement. Il s’agit des revendications concernant la transition écologique. Mais encore, il a été demandé au ministre la réduction de la taxe de carbone et de la taxe de consommation des produits énergétiques. Les deux acolytes ont demandé au ministre l’interdiction du glyphosate et l’abandon du renouvellement du parc automobile français.

Par ailleurs, la demande des gilets jaunes va également à l’endroit de l’emploi. En effet, ils militent pour une baisse des charges patronales et une hausse des aides publiques pour des recrutements en CDD et CDI. De même, une revalorisation du SMIC est souhaitée. En outre, les gilets jaunes veulent une aide au retour à l’emploi ou la reconversion professionnelle via notamment des formations dignes du non et valorisantes. Aussi, un respect de la parité homme-femme est souhaité en ce qui concerne les rémunérations.

Pour ce qui est des retraités et des plus jeunes, spécifiquement les étudiants, le mouvement demande une augmentation des pensions de retraite et des aides financières qui sont octroyées aux jeunes pour leur installation ou leur mobilité. Aussi, ils exigent la fin des régimes spéciaux et un calcul équitable des retraites. En ce qui concerne les lycéens, le mouvement exige la création d’un vrai système post bac.

L’éducation, la santé et même la culture ont également pu trouver une place dans les doléances du mouvement. À cet effet, les gilets jaunes réclament une inclusion des personnes ayant perdu leurs mobilités (handicapées) dans tous les domaines de la société, de même qu’un accès à la culture pour tous. Dans le rang des ambulanciers, il est demandé l’abrogation de l’article 80. Il s’agit d’une mesure qui voudrait unifier les modalités de prise en charge et de transport des patients bénéficiant de permissions de sorties.