Diagnostic immobilier : quels sont les pièges à éviter ?

1550
Partager :

Les diagnostics immobiliers sont aujourd’hui un indispensable avant la cession (vente ou location) d’un bien immobilier. Le marché est donc en pleine expansion et les professionnels affluent de partout. Il est donc facile de tomber dans des pièges lorsqu’on manque d’informations. Pour vous protéger de tout type d’escroquerie par les diagnostiqueurs, trouvez ici quelques pièges à éviter.

La surfacturation des coûts des diagnostics immobiliers

Il n’existe aucune réglementation sur les coûts réels des diagnostics immobiliers. Cela fait que les prix varient d’un diagnostiqueur à un autre avec souvent de gros écarts. Certains diagnostiqueurs prennent alors la latitude de gonfler volontairement les prix. En revanche, d’autres diagnostiqueurs comme diag immo prennent le soin de rester dans la fourchette généralement appliquée. Vous pourrez trouver les tarifs détaillés sur leur site web.

A lire en complément : Estimation de la valeur d'un bien immobilier : astuces incontournables des professionnels

Pour éviter le piège de la surfacturation, vous pouvez aussi comparer les devis de plusieurs diagnostiqueurs pour un même diagnostic et une même surface. Pour cela, vous pouvez mettre internet à contribution en utilisant des comparateurs en ligne ou en le faisant vous-même (processus plus long). Notons également que les prix donnés pour les diagnostics ne sont pas fixes. Vous êtes donc libre de négocier du mieux que vous le pouvez. Mais avant toute négociation, vous devez vous informer sur les coûts moyens prévalant sur le marché.

Lire également : Devenez propriétaire d'un logement neuf grâce à un promoteur immobilier

Les durées de validité des diagnostics immobiliers

Les diagnostics immobiliers ont une durée de validité qu’il est important de connaître avant même de faire appel à un diagnostiqueur. En effet, vous risquez de renouveler un diagnostic, alors qu’il est toujours en cours de validité et certains diagnostiqueurs de mauvaise foi peuvent vous y encouragez. Cela ne contribuerait qu’à vous faire perdre votre argent et votre énergie. Comme durée de validité, nous avons :

  • Diagnostic termites (6 mois) ;
  • Diagnostic plomb (1 an si positif) ;
  • Diagnostic amiante (3 ans si positif) ;
  • Diagnostic assainissement (3 ans).

Les qualifications des diagnostiqueurs

Les diagnostiqueurs immobiliers doivent avoir des qualifications précises pour prétendre à un tel emploi. N’importe qui ne peut donc pas jouer ce rôle, quel que soit le prix qu’il propose. Un diagnostiqueur immobilier doit avoir une certification du Comité Français d’accréditation et justifier d’une formation en la matière. Il a le devoir de vous présenter les preuves de sa compétence. Il doit aussi avoir une assurance responsabilité civile pour vous couvrir en cas de problème.

On rappelle que la certification a une durée de validité de 5 ans. Après cette durée, elle doit être renouvelée. Faites donc attention aux dates et à la validité de la certification avant de conclure un accord. Un diagnostic immobilier réalisé par un diagnostiqueur incompétent peut être valablement annulé.

L’impartialité et l’indépendance des diagnostiqueurs

L’impartialité et l’indépendance sont des pièges difficiles à éviter lorsqu’on a dans son entourage des diagnostiqueurs immobiliers. Or, la loi exige que les diagnostiqueurs n’aient aucun lien de parenté ou d’amitié avec les propriétaires. Cela est passible de sanction pour les deux parties, car les résultats peuvent être jugés non-objectifs.

Les risques de sanctions en cas de non-respect des obligations de diagnostic immobilier

Les risques encourus en cas de non-respect des obligations de diagnostic immobilier sont nombreux. Les sanctions peuvent aller d’amendes financières à des peines pénales.

Effectivement, le diagnostic est obligatoire avant toute vente ou location immobilière. L’absence du document peut ainsi entraîner l’annulation de la transaction ou encore une diminution significative du montant final. Dans certains cas, les propriétaires peuvent même être poursuivis pour tromperie sur la qualité et l’état du bien vendu.

Les diagnostiqueurs qui ne respectent pas leur obligation d’indépendance et d’impartialité peuvent aussi subir des sanctions disciplinaires allant jusqu’à la suspension voire à la suppression pure et simple de leur certification.

Il est donc primordial que toutes les parties prenantes respectent scrupuleusement leurs obligations légales afin d’éviter tout risque juridique parfois très coûteux en temps et en argent.

Les erreurs fréquentes à éviter lors de la réalisation des diagnostics immobiliers

Malgré la réglementation en vigueur, les erreurs lors de la réalisation des diagnostics immobiliers sont fréquentes et peuvent engendrer de lourdes conséquences pour le propriétaire.

La première erreur à éviter est sans aucun doute le recours à un diagnostiqueur non certifié. Vous devez veiller à ce que toutes les informations nécessaires soient fournies au diagnostiqueur telles que les plans ou encore les factures relatives aux travaux effectués sur le bien immobilier. Ces éléments permettront au professionnel de réaliser son expertise dans des conditions optimales.

Il ne faut pas hésiter à demander plusieurs devis auprès de différents prestataires avant toute prise de décision. Bien qu’il soit préférable d’opter pour une offre compétitive, il ne faut pas négliger la qualité du service fourni qui doit être irréprochable.

Ces erreurs peuvent facilement être évitées en prenant quelques mesures simples mais efficaces afin de garantir des résultats fiables et conformes aux exigences légales en matière immobilière.

Partager :